[Analyse OSINT] Attaque sur la gare de Kramatorsk

[Analyse OSINT] Attaque sur la gare de Kramatorsk

Le vendredi 8 avril matin vers 10h30 (09h30 en France) une frappe d’un missile Tochka-U a touché la gare de Kramatorsk dans l’est de l’Ukraine. 57 personnes ont été tuées et 109 autres blessées. Retour sur l’attaque et les contradictions du démenti de l’armée russe.

Kramatorsk est la principale ville dans le Donbass sous contrôle ukrainien et servait depuis plusieurs jours de point d’évacuation des habitants par centaines pour fuir la région, tandis qu’une offensive russe semblait imminente et de grande ampleur. À partir d’images trouvées en sources ouvertes et grâce à des techniques GEOINT, nous proposons une analyse de la situation.

Selon le compte Twitter @geoconfirmed, le bombardement a eu lieu à l’endroit suivant : 48°43’33.7″N 37°32’34.1″E

Les corps eux se trouvaient de l’autre côté de la gare, aux abords des rails.

48°43'33.20"N  37°32'36.33"E  - Emplacement faisant référence à des photos ayant circulées sur les réseaux sociaux.
Carte des différents éléments sur zone

Des photos publiées sur les réseaux sociaux immédiatement après l’attaque montrent les restes de la partie booster du missile, avec l’inscription « pour les enfants » visible. Coordonnées : 48°43’32.36″N  37°32’31.01″

Peu de temps après l’attaque, les autorités russes ont rapidement démenti être à l’origine du tir. Le ministère russe de la Défense a fait un premier communiqué diffusé par l’agence de presse RIA Novosti accusant de « provocations et de diffusion de fausses informations » les accusations ukrainiennes portant la Russie comme responsable de l’attaque. 
Le principal argument des autorités tient sur l’origine du missile : « Le missile tactique Tochka-U, dont des fragments ont été retrouvés près de la gare de Kramatorsk, et dont les images ont été postées par des témoins oculaires, n’est utilisé que par l’armée ukrainienne » selon le ministère de la Défense, qui ajoute que « Les forces armées russes n’ont effectué aucune tâche de tir dans la ville de Kramatorsk le 8 avril et n’avaient pas l’intention de le faire ».

Le porte-parole du Kremlin Dimitri Peskov a également renvoyé à la version du ministère de la Défense, tout comme les médias russes. Un article de l’agence de presse russe TASS avance que « L’armée russe n’a pas utilisé de missiles Tochka-U depuis fin 2019, lorsque la dernière unité de missiles et d’artillerie a été réarmée avec des systèmes de missiles tactiques Iskander. »

Pourtant plusieurs éléments obtenus en source ouverte mettent à mal la version officielle du Kremlin.

Tout d’abord sur la présence de ces missiles dans l’arsenal russe. Sur une vidéo publiée le 31 mars, on aperçoit plusieurs véhicules tracteurs-érecteurs-lanceurs (type BAZ-5937) avec le signe « V » être acheminés dans les environs de Gomel, en Biélorussie.

Vidéo d’un train de transport russe à Gomel, roulant en direction de l’Ukraine. Géolocalisaton : 52.30868, 31.20909

Sur une autre vidéo datée du 30 mars, toujours dans les environs de Gomel, au moins 8 de ces mêmes véhicules sont visibles au sein d’un convoi de véhicules russes, toujours avec le marquage « V ».

Vidéo d’un convoi militaire russe entre Rechitsa et Gomel. @MotolkoHelp

Comment affirmer que ces véhicules sont destinés à tirer des missiles Tochka-U et non des Iskander ? Le moyen le plus simple est de se référer aux roues, le missile Iskander étant plus massif, le véhicule qui le transporte est plus grand. En effet, les véhicules transportant les Tochka-U ont 3 paires de roues (photo 1 : illustration, photos 2 et 3 tirées des vidéos précédentes).

Les véhicules transportant les missiles Iskander qui, selon les autorités militaires russes ont remplacés tous les Tochka-U, sont eux plus long et ont 4 paires de roues (photos d’illustration).

Autre élement de preuve, lors du défilé de la victoire de l’armée russe à Krasnodar le 9 mai 2021, des véhicules lanceurs de Tochka-U sont clairement visibles sur les images de télévision. On peut même entendre le speaker de la parade annoncer en grande pompe l’arrivée de ces véhicules à 0:07 de la vidéo ci-dessous. Cela contredit la version russe affirmant qu’ils n’utilisent plus ces missiles depuis « des années ». 

Sous-titres générés par l’IA de Kapwing ( Traduction approximative )

 

Si les propos du ministre russe de la Défense affirmant que les missiles Tochka-U ont été retirés de l’armée russe sont donc faux, peut-on maintenant savoir si l’armée russe utilise toujours au combat ces missiles ? La question est plus délicate, car s’il a été prouvé que des missiles Tochka-U ont été utilisés à plusieurs reprises depuis le 24 février, l’armée russe n’est pas la seule armée engagée dans le conflit à posséder ces missiles.

En effet l’armée ukrainienne est massivement équipée de missiles de ce type (de 38 à 90 systèmes de lancement et plusieurs centaines de missiles selon les sources russes). Depuis le début de la guerre elle en a fait usage à plusieurs reprises. Le 25 février, au lendemain du début de la guerre, la base aérienne de Millerovo en Russie avait été attaquée et endommagée par deux missiles balistiques Tochka-U lancés depuis l’Ukraine. Plus récemment, le 24 mars, un navire de débarquement de char (LST) russe Orsk, de la classe Alligator, a été frappé par un missile dans le port de Berdyansk, détruisant le navire. On peut également citer la frappe de missile à Donetsk le 14 mars qui avait tué plus d’une vingtaine de civils et dont l’armée ukrainienne avait été tenue pour responsable. 

En revanche d’autres cas d’utilisations de Tochka-U ont été recensés sans que l’origine du tir n’ait été clairement identifiée, les forces russes ayant alors été pointées du doigt.

Pour ajouter à la confusion, quelques jours avant le début de l’invasion, les forces russes ont procédé à des exercices avec l’armée biélorusse, sur leur territoire. Lors de ces exercices, des missiles Tochka-U ont été lancés, mais avec des lanceurs arborant les couleurs de l’armée biélorusse.

Vidéo d’exercice entre l’armée russe et biélorusse en février 2022, un lanceur de Tochka-U avec l’insigne biélorusse est clairement visible à 0:38. Tvzvezda

Enfin, dernier élément invérifiable, une vidéo a émergé sur les réseaux sociaux présentant deux missiles lancés depuis la région de Shakhtarsk, dans l’oblast de Donetsk, en zone contrôlée par les séparatistes pro-russes depuis 2014, au moment même de l’attaque sur la gare de Kramatorsk. Toutefois, si la vidéo semble n’avoir jamais été publiée avant cette date sur internet, il est difficile de confirmer son authenticité et surtout si ce sont bien deux missiles Tochka-U qui sont lancés.

Tous les éléments susmentionnés ne permettent pas pour le moment d’identifier clairement qui est à l’origine du tir sur la gare de Kramatorsk, mais démentent d’ores et déjà les déclarations russes selon lesquelles les missiles Tochka-U ont été retirés du service. La poursuite des enquêtes lancées à l’encontre de ce crime de guerre devrait permettre de faire lumière sur les circonstances du tir dans les temps à venir.

– Alb310, Spidacr, TheoTFD